Le Conseil d'Etat et les syndicats s’accordent  autour de la réforme du système d’évaluation et de rémunération
Photo : Crédit T.O.
Sur le même thème
Genève impose un quota de 40% de femmes pour les fonctionnaires de l'Etat
La lutte contre les violences faites aux femmes manque de moyens
Nathalie Fontanet veut plus de moyens pour lutter contre les violences faites aux femmes

Ce jeudi 12 mai 2022, une étape importante a été franchie dans le cadre de la nouvelle réforme du système d’évaluation et de rémunération de la fonction publique, intitulée G’Evolue. Après neuf mois de négociations, le gouvernement genevois, le Cartel intersyndical du personnel de l’Etat et du secteur subventionné, l’Union des cadres de l’administration cantonale (UCA) et le Groupement des cadres de l’administration (GCA) ont signé un protocole d’accord permettant de démarrer concrètement les travaux destinés à moderniser le système permettant d'évaluer les fonctions pour l'ensemble du secteur public.

"Notre collaboration sur ce nouveau projet est essentielle pour nous, car la transparence, la confiance et la prise en compte de l'évolution du rôle des cadres au sein de l'administration sont indispensables pour atteindre l'objectif commun qui a été fixé", résument les représentants de l’UCA et de la CGA. Et Olivier Baud, président du Cartel intersyndical de préciser : « La prochaine étape consiste à débuter les travaux paritaires de réévaluation technique, permettant de définir la méthode, les critères d'évaluation, leur pondération, puis de proposer une grille salariale. »

Suite à l'abandon du projet SCORE en février 2020, le Conseil d'Etat a prévu l'élaboration d'un nouveau projet de réforme du système d’évaluation et de rémunération de la fonction publique qu'il a baptisé G’Evolue. Début 2021, l'exécutif a validé les objectifs de cette réforme, ainsi qu'une feuille de route. Celle-ci prévoyait une première phase de négociations avec les partenaires sociaux, afin de trancher les points sensibles en amont du projet. Cette phase a permis de définir ensemble les objectifs et les paramètres principaux de la réforme. Elle a abouti à l'élaboration du protocole d'accord signé ce jour.

Nathalie Fontanet, conseillère d’Etat chargée du département des finances et des ressources humaines, se réjouit que chaque partenaire ait pu dépasser les clivages politiques et se fédérer autour d’un même objectif. « A présent, nous pouvons entamer sereinement les travaux d'une réforme très attendue visant notamment à adapter les critères d'évaluation des métiers au sein de l'Etat aux nouvelles compétences du monde du travail d’aujourd’hui ». 

Le système d'évaluation des fonctions et de rémunération en vigueur à l'Etat de Genève date en effet de 1974. Les métiers et l'environnement de travail ont sensiblement évolué depuis. Les critères utilisés pour évaluer les fonctions et leur pondération ne sont plus en phase avec les réalités actuelles. Par exemple, la force physique l’emporte encore sur les compétences sociales et humaines liées au « care », lesquelles se sont particulièrement illustrées durant la pandémie.

Le projet G'Evolue met notamment l'accent sur la transparence, l'équité entre les fonctions, l'égalité entre femmes et hommes et la prise en compte des nouvelles compétences et des nouveaux métiers. Il s'affirme comme un instrument de la stratégie "Travailler autrement", qui vise à moderniser la culture et les pratiques en matière de ressources humaines au sein de l'Etat.

 La signature de ce protocole d’accord constitue le coup d’envoi concret du projet G'Evolue. Dès lors, une commission d'évaluation technique et paritaire sera constituée afin de sélectionner et de déployer une méthode d'évaluation des fonctions puis, à terme, d'en assurer le suivi.